Zéro pesticides à Varennes-Vauzelles

Parce que les désherbants chimiques sont maintenant interdits, un peu de nature revient au cœur de la ville.
Vous les avez peut être déjà remarqués. Petite plante sauvage, herbe ou coquelicot ont poussé, ici ou là, au coin d’une rue ou au pied d’un banc.
Pourquoi ?
Tout simplement parce que depuis le mois de janvier, conformément à la loi, la Mairie de Varennes-Vauzelles n’utilise plus aucun désherbant chimique pour désherber la voie publique. Une bonne nouvelle pour notre santé et la planète. En se passant de traitements chimiques sur les espaces publics, l’objectif est de protéger la santé des riverains, des agents, mais aussi de préserver l’environnement, les nappes phréatiques et leurs écosystèmes. Présents dans les aliments, l’eau et l’air, les résidus de pesticides peuvent avoir à plus ou moins long terme des conséquences néfastes sur la santé.
Le désherbage chimique nécessitait moins de personnel (3 personnes pour 2 passages annuels) malheureusement les contraites budgétaires actuelles ne permettent plus à la ville d’embaucher du personnel supplémentaire pour endiguer le problème. Aujourd’hui les agents sont obligés de passer toutes les 3 semaines, afin d’obtenir un résultat.
Si les espaces publics seront plus verts, cela ne signifie pas que leur entretien est négligé, mais qu’une nouvelle façon de penser les espaces, avec une nature mieux maîtrisée et un plus grand respect de la biodiversité est en train de voir le jour.


Planifier le désherbage pour embellir les espaces publics

La municipalité a souhaité mettre en oeuvre un plan de désherbage qui entre dans l’entretien des espaces verts et des espaces publics. Cette décision répond à un souci de gestion durable et de suppression des produits chimiques ayant des impacts sur l’environnement et la santé. Les principes généraux de ce dispositif sont les suivants :

1. Le recours a un ensemble de techniques alternatives nécessitant l’acquisition de matériel et produits nouveaux :

  • Des unités de brûlage thermique (chariot, lance et bouteille de gaz) professionnelles,
  • Des binettes de désherbage,
  • De l’herbicide d’origine végétale (non toxique),
  • Si possible, une machine à vapeur permettant à la fois de désherber et d’entretenir les espaces publics, le mobilier urbain, etc.

 

2. L’établissement d’un zonage établi sur la base de la sensibilité des espaces concernés, de leur usage et de leur fréquentation, d’une priorisation et d’une fréquence des interventions et de la ou des techniques employées par zone :
Zone Rouge
Sites concernés : les abords des bâtiments publics, les places publiques, les espaces verts, les aires de jeux.
Techniques utilisées : tonte des parties enherbées, fauchage, brûlage thermique, désherbage manuel et/ou vapeur si acquisition de la machine.
Fréquence : 3 à 4 passages dans l’année, en fonction du besoin.

 

Zone Orange
Sites concernés : Trottoirs allant du Clos Saint Louis à Veninges, correspondant à la partie la plus densément urbanisée de la commune.
Techniques utilisées : brûlage thermique, pulvérisation d’herbicide d’origine végétale selon l’état des trottoirs.
Fréquence : 2 à 3 passages par an en fonction du besoin.

 

Zone Verte
Sites concernés : Trottoirs des lotissements périphériques et hameaux qui font office de transition entre ville et campagne.
Techniques utilisées : brûlage thermique, pulvérisation d’herbicide d’origine végétale.
Fréquence : 2 passages par an en fonction du besoin.

 

Des cas particuliers ont cependant été identifiés, du fait de leurs caractéristiques spécifiques :

  • Le cimetière
    Techniques utilisées : tonte des parties enherbées, pulvérisation d’herbicide d’origine végétale, fauchage et désherbage manuel. Le brûlage thermique semble proscrit afin de ne pas provoquer de dégradations sur des biens n’appartenant pas à la commune.
    La machine à vapeur risque quant à elle de ne pas pouvoir être utilisée du fait de son gabarit et de la portée limitée de ses outils.
    Fréquence : 3 à 4 passages dans l’année, en fonction du besoin.
  • Les terrains de sport
    Sites concernés : stade du dépôt, stade des ateliers, stade de Francheville
    Techniques utilisées : tonte des parties enherbées, pulvérisation d’herbicide d’origine végétale sur les grands linéaires (piste d’athlétisme, pieds de grillages, pieds de main courante, pourtour des terrains de football) ou machine à vapeur si acquisition, brûlage thermique aux abords des bâtiments
    (vestiaires, buvettes).
    Fréquence : 3 à 4 passages par an.
    Période d’intervention prévisionnelle : D’avril à octobre, les interventions devant se faire après le début de pousse. L’année 2015 en sera la première année de mise en oeuvre et fera office d’expérimentation qui s’inscrit bien dans les objectifs d’un Développement Durable de la ville et d’une amélioration du cadre de vie pour tous.
Partager